Un jour, alors que j’étais assis au bord d’une piscine naturelle, j’ai vu une murène attraper un crabe. C’était un moment de quelques secondes digne du National Geographic – et, chose incroyable, mon père l’a vu aussi. Parmi toutes les crabes de cette piscine, il regardait le même que moi ! Il m’a appris à observer la nature attentivement. Nous pouvions rester des heures assis, à observer la nature.

Phaethon aethereus (c) Nathalie Melo / Biosfera

L’ONG Biosfera

Tommy est le président de Biosfera, une ONG cap-verdienne qu’il a fondée avec son père en 2006, sur la demande du Premier ministre de l’époque, José Maria Pereira Neves. Celui-ci a soudain pris conscience de la situation désespérée du patrimoine naturel de son pays lors d’une exposition sur le sujet, et a donné à ce père et son fils une mission en faveur de la conservation.

Après une décennie de campagnes, beaucoup a été fait pour protéger la biodiversité unique de l’archipel, et notamment son puffin endémique. L’ONG a filmé notamment le massacre des poulets sur l’île de Raso par les pêcheurs locaux, créant ainsi un scandale national.

Nous avons mis fin à l’exportation illégale et non-durable de la viande salée traditionnelle de puffin en direction des expatriés cap-verdiens d’Europe, et avons pour cela gagné un prix de l’UICN – mais ce sont les pêcheurs les vrais héros. Passer du temps avec eux, et leur parler comme des amis a suffi pour les ramener de notre côté.

Le thé de cinq heures

Persuader tous les pêcheurs de toutes les îles d’arrêter le braconnage de tortues caouannes, et la pêche de bébé requins – le jeune requin est un mets local réputé très fin – était une autre paire de manches.

Alauda razae (c) Nathalie Melo / Biosfera

Nous avons utilisé une tradition anglaise pour rallier les pêcheurs : le thé de cinq heures ! Ce ne sont pas de mauvaises personnes. C’est juste qu’ils n’avaient pas compris l’enjeu. Nous les avons donc invités à prendre un thé sur la plage tous les soirs. Nous parlions de tout et de rien, de l’homme sur la lune, de football, et introduisions délicatement un sujet environnemental auquel ils pouvaient se rattacher, comme par exemple la façon dont les requins favorisent les bancs de maquereaux qu’ils pêchent. C’est comme cela que nous travaillons. On s’assoit et on discute.

Boavista, Cabo Verde (c) Nathalie Cadot

Du sang neuf

Tommy regarde devant lui. Après plusieurs années en première ligne, un diplôme en biologie et océanographie, il est prêt à faire venir des jeunes dans son combat et à partager ses connaissances.

Notre meilleure arme, c’est de passer le relai à la nouvelle génération. Changer les braconniers et les pirates, c’est une chose, mais l’état d’esprit des gouvernants en est une autre. Ils vendent nos ressources à l’UE, à la Chine et au Japon. Vous ne pouvez pas changer l’appât du gain et la corruption sans éducation. Je veux voir du sang neuf, de nouveaux rêves, une nouvelle énergie. J’ai trente ans pour transmettre mon savoir devant moi !

Voir plus

Promouvoir la conservation des oiseaux marins

Courageux, patriote et passionné, Tommy est l’un des plus jeunes leaders environnementaux d’Afrique de l’Ouest. Son travail avec Biosfera est l’exemple même de la façon dont nos partenaires travaillent pour conserver les colonies de reproduction d’oiseaux de mer : par l’engagement, l’éducation et l’action au niveau local. Lisez-en plus sur le plan d’action de la MAVA pour la conservation des oiseaux marins en Afrique de l’Ouest.

    Retour au filtre